Le club de futsal doit quitter la Contact Pévèle Arena fin mai. Son président Ablak Ouafik estime cette décision « incompréhensible ».

Crédit : Nello Benedetti (Clp) | 24/03/2020

Le président d’Orchies futsal Ablak Ouafik estime que la décision de quitter les lieux est « un formidable gâchis ».

 

Destinataire d’un courrier daté du 19 février, signé par Marie-Christine Filareto, présidente de la SPL (société publique locale) de la Pévèle, Ablak Ouafik est prié de libérer la Contact Pévèle Arena le 31 mai (lire ci-dessous). « Une décision incompréhensible », s’offusque le président d’Orchies futsal, convaincu qu’il paie le différend entre Dominique Bailly, l’ancien député-maire de la ville qui l’avait accueilli, et Ludovic Rohart, son successeur, lequel n’a jamais souhaité s’exprimer publiquement sur le sujet. « Aujourd’hui, la priorité c’est bien évidemment la lutte contre la propagation du Coronavirus. J’ai stoppé l’activité de mes salariés dans trois pays », attaque l’homme d’affaires belge, également obligé de gérer le quotidien et d’anticiper l’avenir d’un club qu’il a amené au sommet de la pyramide hexagonale avec l’ambition de le faire rayonner sur la scène européenne. « Une aubaine pour la ville d’Orchies », ajoute-t-il avant de développer ses arguments.

Cent vingt licenciés à la rue

Un public fidèle et de plus en plus nombreux. Cent vingt garçons et filles licenciés et assidus aux entraînements dispensés par des éducateurs diplômés. Invitations régulières à des clubs du secteur pour assister aux matchs de D1. Chaque rencontre à domicile couplée à une action caritative (Restos du cœur) ou citoyenne (job dating). Le président Ouafik ambitionne que son club devienne le support d’un pôle de formation futsal comme il en existe à Lyon et bientôt en région parisienne. « La Direction nationale du contrôle de gestion nous a félicités pour la qualité de notre gestion alors que nous ne bénéficions d’aucune subvention », rappelle-t-il. Quitter la Contact Pévèle Aréna est un vrai crève-cœur pour ce passionné d’une discipline en plein développement. « Un formidable gâchis. C’était du gagnant-gagnant », soupire-t-il.

Reste à trouver un point de chute. « Ce n’est pas le plus important. Ce qui me ronge, c’est de devoir abandonner tous ces gamins tellement attachants et ne pouvoir répondre aux interrogations légitimes des parents », conclut Ablack Ouafik avant de lâcher, comme un dernier défi, « la raison l’emportera-t-elle ? ».

 

Orchies futsal est actuellement deuxième de D1. Il reste sept matchs à disputer dont quatre à domicile. Le club est qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe Nationale.

 

Une nouvelle stratégie de développement

Le courrier reçu par le président Ouafik stipule que la décision de ne pas reconduire la convention d’occupation signée le 1er septembre 2019 liant son club à la Contact Pévèle Aréna, a été votée à l’unanimité des membres présents au conseil d’administration du 18 février. Elle répond à une nouvelle stratégie de développement sous-tendue par l’arrivée d’un nouveau partenaire, Contact FM. « En effet, le cadre mis en place en partenariat avec Contact FM ne nous permet pas de nous engager sur une occupation future de la salle selon les modalités techniques et financières actuelles », est-il précisé dans le courrier. Le président Ablak Ouafik déclarait dernièrement avoir été candidat, au nom de sa société, au naming de la Pévèle Arena lorsque le contrat avec la société Davo n’avait pas été renouvelé. Il affirme ne jamais avoir obtenu de réponse.